Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 12:40
 
 
ART-STEP-3174_1.JPG 
 
Contact : webamsat@gmail.com  
 
 

bousolle-WE-BAM.jpg  

 

   ACCUEIL :  

marque-d-pos-e.png 

NEWS  2018 :

 

midi-pop.jpg

 POP CORN PROJECT / VILLA Schweppes / 2018

 

 

 

 


 
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 23:50




 LE CINETRACT       HISTORIQUE        EDITION "NEWS"      COURT-METRAGES
      Image-43.png                    bousolle                      bousolle                    IMAGERIE-wbr-camera-copie-1.jpg                            







 





EXTRAITS  FILMS     JOURNAL WE BAM    LE JOUR LE +COURT             " POPCORN "  
            cam-3-imag-fixe-.jpg                        bousolle                              bousolle                                    radar 3  







Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 09:50

  WBR©2014 :  - "LA MONTÉE DES EAUX"  réalisation: Jim Clin

Capture-d-ecran-2014-06-03-a-09.33.32.png

affiche-1.png

 

Capture-d-ecran-2014-06-03-a-09.32.17.png

 

 

Capture-d-ecran-2014-06-03-a-09.41.39.png

Capture-d-ecran-2014-06-03-a-09.37.02.png

Capture-d-ecran-2014-06-03-a-09.40.32.png

Capture-d-ecran-2014-06-03-a-09.33.56.png

 

                    bousolle                                  bousolle  

           RETOUR GEO WEBAM              RETOUR ACCUEIL SITE

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 13:44

 

 

       oeil journal

TIRAGE 5

        bousolle                bousolle                bousolle                bousolle

        2014                  2013                       2012                  2011

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 11:37

 

 

FLUX ET REFLUX

Capture d’écran 2014-01-08 à 06.12.06

Tournage à VENISE - Janvier 2014 /  SHORT FILM : "La montée des eaux"©  Mai 2014.

pellicule 60

Capture d’écran 2012-01-04 à 16.22.23

 

contact13

 

Capture d’écran 2011-12-17 à 21.26.22

 pellicule 61

Capture d’écran 2014-06-12 à 10.41.33

 

Capture d’écran 2014-06-12 à 10.40.42

 

la savane light

correspondance : Sophie PAWLAK© .

-   Caméra2 : Jean-Marie CLIN

Capture d’écran 2013-07-04 à 14.11.59

Capture-d-ecran-2014-01-08-a-08.13.19.png

pop-cornes-de-gazelle.jpg

Acteur : Stéphane SALIN / Rusch film : " POPCORN " WBR©

 

WBR.jpg

 

         bousolle                                  bousolle                                 bousolle   

 RETOUR ACCUEIL            SHORT FILM                 "POPCORN"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 16:23

POP NEWS copie 7

CUT FILM 4

jim---pat-BIS-.jpg

radar-4.jpg

PHOTO ROOM POPCORN

Capture-d-ecran-2012-01-04-a-16.26.17.png

inspiration-g.png

  FILM: POPCORN / SORTIE  PREVUE 2014 / 

Photographes correspondants : 

SOPHIE PAWLAK

PATRICE DE SANTA COLOMA

 

 


 

 

   BLOC-NOTE             BONUS PHOTOS          RETOUR ACCUEIL

 bousolle                       bousolle                       bousolle  

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 14:26

 

 


                                                                                                                                 
    MAYA DEREN


filmographie  :
- 1943 Meshes of the afternoon
- 1944 At Land
- 1945 Study in Choreography for Camera
- 1946 Ritual in Transfigured Time
- 1947 Divine Horsemen:The Living Gods of Haiti
- 1948 Meditation on Violence
- 1952-55 The Very Eye of Night


ELEONORA DERENKOWSKI, arrivée le 29 avril 1917,  à Kiev (Ukraine) ,  émigre aux États-Unis, les Deren esquivent ainsi l'antisémitisme.. mlle l'aventurière grandit . Un esprit vif, la grâce de son pas et la délicatesse de ses mains.

On sent tout de suite avec elle, le cinéma & la danse font chimie, analyse, existence terrestre. Une perpetuelle aventure, expérience jamais abandonnée chaque jour chaque nuit l'amour fou de qui de quoi. Une disponibilité s'impose, les films disponibles prouveront autant que quoi que ce soit.

Pour un visage, un corps, une carèsse, une main disponible à la peau et avec le saint esprit. Une extase toujours connectée. Des mots sortent des lèvres, lumineux puis d'une fenêtre. Sommes au bord d'une fugue le regard brillant au réveil, pour un paysage, un animal, un bâtiment, une ruine, une épave, un navire.

 

L'existence dès lors qu'elle s'invente, offre à chacune & chacun la force d'une panthère, le courage de Françoise Sagan , la liberté d'une jeunesse éternelle. Amen. C'est au prix d'une relation stricte avec soi, de gestes et de répondants plein de bravoure farouchka. C'est également une sincérité intérieure comme sans doute la seule autorité que Mlle DEREN entendra respecter. Si la délicatesse accompagne toute la gestuelle, une action presque guerrière s'édifie pour perpetuer le mouvement. Un combat vieux comme le monde, celui d'être sensible.

 

 






















Il faut que ça swing, la vie est une danse et le cinéma une arme ignorée. Je m'explique : qui au lieu de faire des morts, fait des éternels, à l'image de nos écrivains en grand nombre, l'avenir du corps et de la langue entre leurs mains. Un champ magnétique voyage dans les temps, se dépliant, se repliant, autant dire meurt et ressuscite. Une clef permet d'y accéder c'est simple, Ne serait-ce que par un regard en appelant un autre...

Maya DEREN est un temps assistante de la chorégraphe afro-américaine Katherine DUNHAM, cet amour, cette connaissance de la danse dessineront toute son oeuvre de cinéma...

 
Maya réalise plusieurs courts-métrages, parmi lesquels: "A study in choreography for camera" 1945,  ou l'on sent tout l'intérêt et la connaissance qu'elle avait du mouvement musicale et corporel. Elle filme la danse comme une peinture abstraite de signes sans narration, déployant des présences animales minérales et mythologiques esquivant dans l'espace agissant.

 
Les images dansent elles aussi. Dans les successions de plans rapprochés, d' enchevêtrements de lieux, une main une épaule des cheveux, un regard oblique sur les objets, les matières, un morceau de bois de fer ou de verre, un rêve s'entreprend ou bien une pensée.  Une tête qui pense par elle même c'est quoi ?...
 

Là une succession de vues d'ensemble d’un paysage, là d'une chambre, là d'un dîner, d'une plage d'un sentier d'une route d'un quelconque passage . Faire passer...
Le corps semble davantage être une partie de l'oeuvre qu'un simple interprète...
L'espace agit à travers lui et il lui appartient d'agir dans cet espace...
La peau le battement de coeur et les yeux font un espace vivant, un pays, un continent, une oeuvre enfin.


"Meshes of the afternoon" ou "at land" (1944).

---REMIX---
 

 


C'est avec son second époux Alexander Hammid, qu'elle entreprend la réalisation de son 1er (premier reconnu) court-métrage: "MESHES OF THE AFTERNOON".  Vous verrez une promenade onirique,  labyrinthique et sensuelle vers la mort, ça joue ici masquée, pourquoi ? Qui aurait encore envie d'être une sorcière ? Il y a mieux à dire: jouer cinématographiquement comme nous avons reçu le jeu de la langue à travers les livres.

 - Voilà une approche curieuse et vive de la mort.

 - quoi de plus normal venant de la vie...

Une voie sans autre issue que celle de glisser vers la mort vide et pénétrable  si certaine si impériale.   Finalement la curiosité, l'excitation et l'ingéniosité avec laquelle Mlle DEREN  (elle-même impliquée dans la fiction, dans les images, dans le paysage de son film) :  entreprend une fugue infernale, passionnelle mais méticuleuse et chipie avec cette mort invincible.  Seulement: d'autres rencontres l'interpelle,  la vie l'emporte ...

 
On retrouve certains thèmes précieux pour Jean Cocteau( 1889-1963). Nous pourrions même imaginer qu'ils se fréquentaient dans leurs rêves traversant l'atlantique, certaines images sont très proches de celles rencontrées dans "le testament d'Orphée".

 

Maya est journaliste à Newyork mais suit de près les aventures surrealistes avec son amoureux ALEXANDER, qui lui même se trouve dans l'avant garde américaine bien qu'il soit Tchèque. Ensemble le cinéma les anime chacun dans leurs conceptions..

 
Maya part d’éléments de la réalité, une fleur, une clé, un couteau, un téléphone, puis ceux-ci sont arrangés de manière à produire une autre réalité, ( Simplement les objets décalés de leurs premières utilités.)  Ces outils semblent avoir perdus leurs services rendus. Ce choix profite à l'énergie importante qui émane de leur forme, leur matière et sans doute de leur provenance mais se désagrège dans une actualité tout autre. Des phénomènes visibles se déploient jamais comme l'on croit. Les images d'elles même parlent comme pour la première fois.

 

La mort est représentée sous la forme d’une femme habillée de noir, ayant un miroir pour visage. Ces rêves se font éveillés, où les actions se répètent tout en cachant une singularité, changement de vitesse, de point de vue ou d'éclairage. Une "méta-bio-industrie".
Une industrie Métabiomorphique...
"MESHES OF THE AFTERNOON" est un film avant-gardiste du cinéma américain et va inspirer les premières œuvres de Kenneth Anger, Stan Brakhage et d’autres réalisateurs du dit "cinéma expérimental".

Il faudrait que quelqu'un me parle de Kenneth Anger. En revanche un ami m'a convié à plusieurs projections en salle, de Stan Brakhage, un cinéma très explosif et cristallin, de l'electron au verbe, verbe muté en formes couleurs et tons, une galaxie très elliptique voit donc le jour et la nuit. Une succession d'images, qui n'ont que leur propre beauté comme point de ralliement, forment comme une voix fantôme cherchant le contact.

 

Journal de bord / Maya part 1 / Novembre 2008.
JIM CLIN

 

"Meshes of the Afternoon"

 






La nature, le bois, la pierre, la mer sont très présents et de manière très tactile, très identitaire. On dirait des entités des énergies vivantes au même rang que l'être humain mais avec un état, un espace supplémentaire . Maya est une cinéaste sensuelle, chez qui les émotions et la psychologie des personnages transparaissent dans un cinéma passant avant tout par la texture des objets et leur contact avec la peau.
Les films de Maya Deren se savourent précipitament comme une simple conversation dans le hall des mystères. Ils ouvrent des espaces de réflexion simultanément austères et accueillants, à la beauté fatale ou épurée mais généreuse et souveraine dans sa solitude.

Au cours d’un séjour à Haïti, elle est initiée au Vaudou. Ce qui pourrait être compris comme l'ouverture et l'intérêt pour d'autres horizons, un "monde-théatre" qui ne connaît pas de frontières à son système de circulation. Sommes propulsés dans l'espace-instinct, dans la sensation de présences et d'activités moins visibles, néanmoins existantes. L'énergie et sa réalité, la résonance et sa raison, la concrétisation par l'imagination...
Mlle DEREN fugue une fois pour toute avec la mort  en 1961.

 

 

Maya Deren At Land

 


"Maya Deren, cinéaste d’avant-garde."
Le terme avant-garde désigne depuis le XIXe siècle, des personnes qui entreprennent des actions nouvelles ,  expérimentales, en particulier dans les arts et la culture. Maya DEREN a non seulement un discours différent de celui d’Hollywood mais comme l’exprime le terme « Avant-garde », elle confronte l’esthétique Hollywoodienne classique des années 40 à un plus large questionnement, quand à la liberté d'expression et à la position de la pensée singulière avec les phénomènes de masse, avec le monde social, avec la planète.


Par la danse, la chorégraphie des corps et de son propre corps et par celles de la caméra, Maya propose aux femmes d’être en soi, une « star » et de prendre sa place dans une société jamais définie. Sa féminité à travers l’espace et le temps, son langage corporel et sa pratique du cinéma c'est l'accès à l'épanouissement.

On ne peut passer à côté du « film noir » qui dans les années 40, donne le titre de « femmes fatales » aux actrices. Maya Deren devient une de ces femmes fatales qui, désorientant la société Américaine permettra l’émancipation des femmes.

















La transition dans le paysage de la pensée, du moins d'un langage personnel imagé permet d’exprimer l’ambivalence d'un monde où une femme n'est plus objet de désir (symbolisé par des objets féminins, comme celui de la clé, d’une fleur ou encore celui du miroir) mais tient ses propres désirs et transporte ses contestations certes mais surtout une curiosité de chat, une ouverture d'esprit, un désir de jouer méticuleusement de la découverte , la découverte de toujours plus de sincérité avec soi même. L'enseignement du réel nous parle ici de ses nombreuses mutations.  Un réel épique et cybernétique là où la science-fiction de l'époque ne proposait qu'un pâle reflet figé et mécanique...


 

Ritual in transfigured time, Maya Deren, 1946


 

                               

 

Comme exprimé plus tôt, ce film permet à Maya de vivre l’avenir de la femme... C’est tour à tour la caméra et Maya Deren qui danse ("je n'ai fait que danser ma vie"). En changeant brusquement l’angle de la caméra, en faisant des coupes brusques, des ellipses radicales, et présentant un monde qui change constamment dans sa temporalité, dans l’espace, elle intègre tantôt un genre humain ignorant, qui ne cesse de plonger vers son inconscient. Tantôt une curiosité infatigable attirée par la compréhension l'intégration. Notons que la musique pourrait représenter un élément clef quant à l'inconscient structuré comme un langage.








Journal de bord /part 2 / Décembre 2008.
JIM CLIN 

 

 
PETITES TROUVAILLES.
-
John Zorn a créé une bande son qui relate sa carrière dans un CD qui s’intitule Filmworks X - in the mirror of Maya Deren d’après un documentaire de Martina Kudlácek : MAYA DEREN - LA FEMME À LA CAMÉRA, 2001.
In The Mirror Of Maya Deren (Filmworks Vol.10) - John Zorn


-
Livre poche : Anaïs Nin, Journal 1944-1947

“Vu plusieurs films de Maya Deren. Matériaux oniriques véritablement inconscients, meilleurs par certains côtés que les premiers films surréalistes parce qu’il n’y a pas d’effets artificiels, on se contente simplement de suivre les fils de la fantaisie. Subtilité de la caméra”
                                                                Anaïs Nin,  1944

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

      FRANCESKA WOODMAN            FRANCOISE SAGAN                RETOUR ACCUEIL

          bousolle                             bousolle                         bousolle

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 09:20

 IMG00213-20120101-1913    

 

TOURNAGE LONG-METRAGE : "POPCORN" / Réalisation : Jim CLIN

le 1er tournage eu lieu le 22 & 23 Juin 2012 -

Le tournage de cloture se déroula du 30 Mai au 2 Juin 2014 -

La sortie du film est prévue en 2015 -

       

GRUE-POP-3---Version-2.jpg

BAROMETRE.png

 

STORY-B-19.jpg

STEPH POP 1 

     Capture d’écran 2012-01-04 à 16.07.10      

 

 

           BONUS 2 POP CORN                                RETOUR ACCUEIL

                   bousolle                                                              bousolle              

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 21:07

                                                                                                        
                                                                                                         FRANCESCA  WOODMAN
  


Francesca Woodman est née en 1958 à Denver (Colorado). Elle photographie son premier autoportrait  à 13 ans, où elle joue à cacher son visage et poursuit dans cette voie d'interrogations et de mutinerie jusqu'à vingt-deux ans.  Elève de 1975 à 1979 à la "Rhode Island School of Design" à Providence. Une bourse d'étude accordée aux meilleurs élèves lui permet de passer 1 an à Rome. Là, elle découvre la librairie-galerie Maldoror où elle réalise sa première exposition personnelle. De retour aux Etats Unis, elle finit sa scolarité à Providence puis s'installe à New York. Elle développe alors des projets de plus grande envergure tels les diazotypes (grands formats sur papier bleu ou sépia). Elle dessine plusieurs maquettes de livres présentant ses photographies. Seul "Some Disordered Interior Geometries" sera publié en 1981. 

 

Le plus souvent, elle pose nue et prend possession du cadre avec beaucoup d’énergie, comme une sportive à l’entraînement. Elle instaure une beauté épurée, mystérieuse, vénéneuse si il faut. On lui dit qu’elle ressemble à un modèle de Balthus (le peintre Balthasar klossowsky, de ses nombreuses toiles enfermant dans leur cadre le mystere de l'adolescence. Nous ne savons pas si une rencontre a eu lieu.

 «Etre photographiée m’aide à être moi - je ne peux pas aller plus loin pour ce qui est de faire salon»  --  prévient-elle un jour de 1973 juste avant de détailler les 6 manières de manger une orange !  

Le corps pour ce qui est de faire salon, se confond avec la tapisserie des murs ou disparait dans une fenêtre, une porte, un miroir, une cheminé, les espaces semblent abandonnés, le vide occupe toute l'atmosphère des photos, quelque chose de fluide et d'insaisissable détient les secrets d'une femme, d'un corps à l'abandon lui aussi des règles de conduite et de bienséance. Moins la colère, moins la révolte que la passion, que le jeu d'une enfance eternelle. Le souffle de la vie déborde de la nudité et remet en cause les lois d'intérieur, les lois de l'apesanteur et les codes reconnus de l'existence. Il n'y a jamais de nourriture ni d'objet d'interieur, de vaisaille, de linge, ni livres ni conversations. Une curiositée exacerbée, un questionnement omniprésent, le feu du dedans est mal isolé, ça déborde, on ne sait pas vraiment par où, quelque chose d'inquiétant est partagé. Mais il semble qu'en elle comme autour d'elle; le temps se déroulait à toute vitesse autant les êtres que les espaces et les choses , l'ensemble de plus en plus vétuste ne suffisait plus à transformer ses souffrances et son desespoir et Francesca WOODMAN plongea par la fenêtre de son appartement, à Manhattan, le 19 janvier 1981. 

Rédaction Mars2008

 







 





  

                                                                                              






                                                                                                      





                                                                                                     




      


        

 

RETOUR ACCUEIL

bousolle

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 12:47

 

 

FLASCH MALPERTUS

  Copyright © WE BAM REFLEX FILM / Tournage Ouverture "POP CORN" - WBR 2012

 

GRUE-POP-2.jpg

WEBAM

CINEMA DIRECT EXPERIENCE - 2012 / MAKING OFF CONTACT

_______________________________________________________________________________________________________________ ________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

                                         

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK - 2011   / Film Fanny De Rauglaudre  

 

 

________________________________________________________________________________________________________________

 

 

phot-6.jpg

 

  Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK 2009  -  Photo  Sophie Pawlack

 

 

captur-film-ok2.jpg
capatur-filmokbis.jpg

CINETRACT EXPERIENCE 2009

 


 

la-femme-et-l-enfant3.jpg

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK - arret image film  JIM CLIN  2005

 

 

photo2oenolimit

CINETRACT EXPERIENCE - arret image film  JIM CLIN  2009

 

photo-aventurier-pour-film.jpg

CINETRACT EXPERIENCE - arret image film  JIM CLIN  2004

 

 


 

TOURNAGE  "ART STEP" - 2006/2011    

artstep 004    

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK -  photo1 : Patrice De Santa Coloma  / Tournage 2011

 

ART STEP 1

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK -  photo2 : Patrice De Santa Coloma  / Tournage 2011

 



 

CINETRACT EXPERIENCE 2007/2011

 

 


 

chasse 3

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK 2006 

 

depart-2.jpg

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK - Tournage Cinetract 14 - 2010

 

 

Image-14.png

CINETRACT EXPERIENCE  - Tournage ART STEP Ouverture - 2006

 

 


 

 

C & the city 2

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK / Photo : RENAUD SUBRA / 2006 - 2012

 

photo3-azra-pour-film.jpg

Le-photographe.png

photo4-azra-pour-film.jpg

CINETRACT EXPERIENCE - Arret sur image JIM CLIN  2006

 

 


 

photo-reflex-dorian.jpg 

Copyright © WE BAM REFLEX NETWORK / 2007     

 

 CONTACT-CINETRACT-.jpg

 

CINETRACT EXPERIENCE 2003 - 2012

 


 

 

ACCUEIL

bousolle

 

 

Partager cet article
Repost0